Dieu avec nous…

Dieu avec nous, tu bâtis la justice et la paix,
malgré la guerre, l’intolérance, la haine.
Apprends-nous à t’accueillir sans te manipuler,
à construire avec toi un monde plus fraternel,
ainsi nos déserts se changeront en vergers.

Dieu avec nous, tu surprends l’humanité entière
en n’étant pas dans la toute-puissance du tyran,
mais dans la promesse d’une naissance à venir.
Accompagne-nous dans notre marche vers l’amour,
ainsi, nous percevrons ta présence en l’autre.

Dieu avec nous, tu réponds à notre espérance
en nous partageant ta soif de libération.
Creuse en nos âmes la faim de ton salut,
pour qu’avec Marie nous goûtions la joie
d’être tous réunis un jour dans ton Royaume.

Dieu avec nous, tu viens toujours nous sauver
par l’amour désarmé de l’enfant de Bethléem.
Sois notre étoile dans la nuit de nos doutes,
manifeste ta venue par des signes de pardon,
Toi, l’Emmanuel, de la crèche au tombeau vide.

Jacques Gauthier

MESSAGE DE PÂQUES DE MGR JEAN-PIERRE DELVILLE

Découvrez les œufs de Pâques, découvrez le Christ ressuscité !

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Chers Frères et Sœurs,

Recevez mes meilleurs vœux de bonne fête de Pâques ! Malgré les limites mises à nos célébrations, nous n’oublions pas la fête de la vie. Le Christ est ressuscité !

Pâques, c’est chercher et découvrir Jésus. C’est comme les œufs de Pâques : on doit les chercher dans le jardin et les découvrir car ils sont cachés ! Dans l’évangile de la Vigile pascale selon saint Marc (16,1-7), nous lisons que trois femmes, amies de Jésus, se rendent à son tombeau après sa mort, pour soigner son corps : Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé. Elles y voient un jeune homme vêtu de blanc, qui leur dit : « Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié ? »

Cette parole me fait réfléchir : les femmes en effet cherchent Jésus. Nous aussi nous sommes invités à chercher Jésus. Dans chacune de nos vies, il y a des questions, des doutes, des recherches. Nous sommes parfois dans la difficulté à cause de problèmes dans nos familles ou au travail, à cause des problèmes de notre société et des peurs que nous vivons. Cette année, en outre, nous sommes frappés par la pandémie du Covid. Ces trois femmes aussi étaient frappées par la souffrance : on avait exécuté injustement leur meilleur ami, Jésus. Mais elles le cherchent quand même, elles vont jusqu’à son tombeau ! Alors, nous aussi, osons chercher Jésus dans notre vie ; n’oublions pas son message et sa force de vie.

Le jeune homme assis au tombeau de Jésus dit encore aux femmes : « Jésus est ressuscité ! Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez comme il vous l’a dit ». Jésus est donc vivant, mais on ne le voit pas en direct. « Il nous précède en Galilée ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que Jésus donne à chacune de nos vies une deuxième chance, une nouvelle occasion de le découvrir. La Galilée, c’est une région de frontière et de périphérie. Cela veut dire qu’on découvre Jésus dans les périphéries de notre monde. Nous découvrons Jésus quand nous sommes attentifs aux pauvres, aux malades, à ceux qui sont dans le besoin. Nous découvrons Jésus quand nous reconnaissons notre faiblesse et que nous recherchons une lumière et une force pour notre vie.

La Galilée, c’est aussi le lieu de l’enfance de Jésus, de son premier ministère public et de ses premiers disciples. Elle nous fait penser à notre lieu d’enfance, à notre village ou notre ville, avec nos parents, notre famille, notre histoire, notre culture. Jésus veut nous retrouver dans notre Galilée, c’est-à-dire dans le lieu que nous aimons. C’est pourquoi cette année, toutes les cloches sonneront à midi le jour de Pâques pour fêter la résurrection du Christ et faire participer à la fête ceux et celles qui n’auront pu se rendre à une célébration.

Jésus nous donne même une Galilée nouvelle, un nouveau lieu de communion, dans nos communautés de foi chrétienne ; il est présent quand nous vivons une vraie réalité d’amitié sociale et de solidarité. Jésus est une présence réelle dans notre vie, une force réelle, un souffle de renouveau et d’espérance.

Remercions-le d’être là pour nourrir nos vies et nous donner l’espérance ! Unissons-nous en communauté pour contrer l’individualisme de notre société et la logique du « chacun pour soi » ! Et témoignons de lui, autour de nous, avec joie ! Alléluia !

† Jean-Pierre DELVILLE, évêque de Liège

Osterbotschaft 2021

Apprends-nous à aimer comme toi

Seigneur Jésus, tu as voulu nous aimer jusqu’à l’extrême.
Pour nous, tu as donné ton temps, tes énergies, toute ta vie.
Merci, Seigneur, de nous aimer à ce point.
Merci de nous inviter à prolonger ta présence en prolongeant ton amour.

Il nous est parfois difficile d’aimer,
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Quand nous sommes portés à nous diviser et à nous opposer,
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Quand nous sommes portés à déterrer le passé au lieu de pardonner,
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Quand nous sommes tentés de nous laisser vaincre par la malice des
autres, Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Quand nous craignons de nous faire exploiter,
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.

Pour que le monde croie que tu es toujours vivant,
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Pour que l’humanité soit sauvée de la violence, de la guerre et du
désespoir, Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.
Pour que nous soyons vraiment tes disciples.
Seigneur, apprends-nous à aimer comme toi.

PAS À L’AIR LIBRE À PÂQUES!

PUBLIÉ LE MERCREDI 24 MARS 2021

Cette année, la Semaine sainte se vivra différemment de celle de 2020, mais elle sera encore marquée par les consignes sanitaires en vigueur. Malheureusement, l’espoir de pouvoir célébrer certaines activités à l’extérieur s’est envolé.

Jusque vendredi passé, le plan « plein-air » du gouvernement prévoyait à partir du Jeudi saint la possibilité de célébrations religieuses à l’extérieur, ouvertes à 50 personnes. Ceci aurait signifié une bulle d’oxygène pour les communautés à l’approche de Pâques. Pour encourager des initiatives de ce genre, le Vicariat général avait envoyé un courriel à tous les acteurs pastoraux du diocèse avec quelques pistes pour profiter de cette éventuelle mesure d’élargissement.

Eric de Beukelaer proposait notamment, pour les offices du triduum, y compris le dimanche de Pâques, de déménager vers un grand jardin, une cour d’école, ou, après avoir demandé les autorisations aux instances civiles, sur une place publique.

Mais une nouvelle flambée de l’épidémie a pour résultat que ce timide assouplissement est reporté sine die par les autorités, comme annoncé lors du comité de concertation du vendredi 19 mars.

A l’exception des funérailles, qui peuvent se dérouler avec 50 personnes dans une église, les célébrations de la Semaine Sainte et de Pâques devront donc se vivre dans les églises à maximum 15 fidèles, enfants de moins de 12 ans non-compris.

Il a donc fallu un nouveau communiqué du vicaire général pour faire marche arrière: « J’entends d’ici les soupirs de beaucoup d’entre vous. Ils se mêlent à ceux de notre évêque et de ses collaborateurs. La Covid joue avec nos pieds et nos nerfs. Raison de plus pour ne pas nous laisser abattre, mais de vivre cette nouvelle Pâques confinée, ancrés dans le roc de la prière. » Et de terminer en rappelant l’essentiel de ce sommet de l’année liturgique: « Christ est ressuscité! Ce n’est pas un virus qui pourra nous ravir cette joie qui réchauffe le cœur et transfigure le monde.« 

Néanmoins, plusieurs recommandations du premier communiqué du vicariat général restent valables, notamment l’invitation à associer les enfants de la catéchèse aux célébrations du Dimanche des Rameaux: « Ils pourraient, par exemple, être invités à ramener du buis béni à leurs familles. Veillons, en tous les cas, à organiser une distribution de buis béni dans un maximum d’églises. Pensons aussi à en apporter dans les maisons de repos.« 

Logo du Diocèse de Liège

R.S.
FacebookTwitterWhatsAppPrintFriendlyPartager

Pendant ce Carême 2021, 40 personnes se succèdent pour témoigner de leur engagement pour le respect de la planète et de tous ses habitants.

Noël en confinement

Message vidéo du diocèse de Liège
Noël en confinement

Ce n’est plus un secret pour personne : Noël 2020 sera différent de tout ce que nous avons connu dans le passé. Cela concerne aussi l’aspect religieux de la fête. Pas de messe de minuit, des assemblées minuscules là où les curés et équipes pastorales ont décidé de célébrer la Nativité à l’église, mais aussi beaucoup de créativité et d’inventivité pour proclamer le message de la naissance de Dieu au milieu de nous, avec des églises ouvertes, des temps d’accueil et des moments de prière animée, sans parler des retransmissions de célébrations via les réseaux sociaux.

Les responsables du diocèse, eux aussi, se sont servis des techniques modernes de communication en créant une vidéo pour la Nativité. Loin d’être simplement une transmission de bons vœux pour les fêtes, elle invite le spectateur à réfléchir sur ce que les chrétiens considèrent comme « l’essentiel » de Noël. Le contexte de la pandémie du coronavirus y est également thématisé.

Dans ses commentaires d’une grande actualité, Mgr Jean-Pierre Delville, à la suite du pape François, compare la figure de saint Joseph, père effacé mais tellement efficace, à toutes ces personnes qui, dans l’ombre et sans faire la une des médias, luttent efficacement contre le virus ou soutiennent celles et ceux qui en souffrent. Il nous invite également à être les bergers d’aujourd’hui : après avoir contemplé l’Enfant Jésus dans la crèche, ils partaient annoncer sa naissance autour d’eux. Ces propos sont complétés et illustrés par plusieurs témoignages de personnes engagées au service de l’Eglise catholique.

La vidéo, d’une durée de 8 minutes, est disponible sur la chaîne du diocèse de Liège sur YouTube, sur le site www.evechedeliege.be ainsi que sur la page Facebook (https://www.facebook.com/DiocesedeLiegeBistumLuttich/) du diocèse.
Ralph Schmeder, responsable du Service de Presse du diocèse de Liège
 

57 ÈME JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS

Le weekend prochain, le samedi 2 et le dimanche 3 mai 2020, le pape François nous invite à tout spécialement prier pour les vocations à l’occasion de la 57ème journée mondiale de prière pour les vocations. Il a écrit, pour cette occasion, un message dont les mots principaux sont souffrance – gratitude – courage et louange[1].

Prier pour les vocations ? Et si ça me concernait de tout près ?

Prier pour les vocations ? Ne pourrait-on pas comprendre ce temps donné par l’Eglise tout d’abord comme temps de relecture sur sa propre vocation, quelle qu’elle soit ? En effet, « le mariage chrétien et le célibat pour le Royaume, ces deux vocations, méritent d’être, à part égale, mises en valeur par l’Eglise ». Je suis célibataire[2] ? ou marié ? ou célibataire pour le Royaume ?[3]  N’est-ce pas un instant offert par l’Eglise pour que chacun de nous puisse s’arrêter pour se poser à nouveau ces questions : « Est-ce que je me connais moi-même au-delà des apparences et de mes sensations ? Est-ce que je sais ce qui rend mon cœur heureux ou triste ? Quelles sont mes forces et mes faiblesses ? Suivent immédiatement d’autres questions : comment puis-je servir au mieux et être plus utile au monde et à l’Eglise ? Quelle est ma place sur cette terre ? Qu’est-ce que je pourrais offrir à la société ? Puis d’autres suivent, très réalistes : est-ce que j’ai les capacités nécessaires pour assurer ce service ? Est-ce que je pourrais développer les capacités nécessaires ? »[4]. Ces questions posées par le Pape François aux jeunes peuvent également être utiles à tous pour affiner, ajuster une vocation choisie. Une vocation, c’est chaque matin qu’on la remet sur le métier. N’est-il pas bon que le « oui » du premier jour soit redit chaque jour et, chaque jour, à chaque battement de cœur ?

Prier pour les vocations ? Oui, c’est déjà relire sa propre vocation, son propre chemin. Et puis, n’est-ce pas également être appelant, dans le concret de nos rencontres et peut-être oser témoigner, comme le pape François : « Aujourd’hui, règne une culture du provisoire qui est une illusion. Croire que rien ne peut être définitif est une tromperie et un mensonge. Souvent, il y a ceux qui disent qu’aujourd’hui le mariage est ‘démodé’. (…) Moi, au contraire, je vous demande d’être révolutionnaires, je vous demande d’aller à contre-courant ; oui, en cela, je vous demande de vous révolter contre cette culture du provisoire, qui, au fond, croit que vous n’êtes pas en mesure d’assumer vos responsabilités, elle croit que vous n’êtes pas capable d’aimer vraiment. J’ai confiance en vous et je vous encourage à opter pour le mariage »[5]. Et, toujours à la suite du pape, continuer à oser dire : « Si nous partons de la conviction que l’Esprit continue à susciter des vocations au sacerdoce et à la vie religieuse, nous pouvons « jeter de nouveau les filets » au nom du Seigneur, en toute confiance. Nous pouvons oser, et nous devons le faire : dire à chaque jeune qu’il s’interroge sur la possibilité de suivre ce chemin »[6]. Oui, l’engagement peut me façonner, m’élever, faire éclore en moi tous les talents encore cachés qui ne demandent qu’à être révélés pour les autres. Le pape nous rappelle que « tant de fois, dans la vie, nous perdons du temps à nous demander : « Mais qui suis-je ? Mais tu peux te demander qui tu es et passer toute la vie en cherchant qui tu es. Demande-toi plutôt : « Pour qui suis-je ? ». Tu es pour Dieu, sans aucun doute. Mais il a voulu que tu sois aussi pour les autres, et il a mis en toi beaucoup de qualités, des inclinations, des dons et des charismes qui ne sont pas pour toi, mais pour les autres »[7].

Prier pour les vocations ? C’est encore prendre conscience que le sanctuaire de la conscience de chacun est un temple inviolable. C’est prier pour que de plus en plus de chrétiens puissent trouver des lieux pour être écoutés[8]. « L’accompagnement spirituel est un service d’Eglise aujourd’hui particulièrement questionné par la question des abus, service dans lequel nous devons sans cesse affermir la dignité et la liberté de la personne, terre sacrée, à respecter »[9].

Prier pour les vocations ? Relire sa propre vocation, être appelant mais encore prendre le temps de contempler autour de nous toutes les vies données. Prier pour les vocations, c’est rendre grâce mais aussi peut-être reconnaître les parts d’ombre dans les chemins, regarder en face la souffrance, demander pardon, pardonner, reconnaître la présence du Seigneur, tous les jours, et être dans la gratitude d’une telle présence, entendre le « courage, c’est moi, n’ayez pas peur ! »[10] . Ensemble, notre vie peut alors s’ouvrir à la louange, percevoir l’instant éternel qui se vit et oser repartir… à nouveau ensemble ![11]

Catherine JONGEN,
Responsable et coordinatrice de Church4you,
un service de l’Eglise catholique auprès des jeunes.
Vocation : mariée !
Marie-Jean NOVILLE,
Coordinatrice du Centre National des vocations.
Vocation : Sœur bénédictine !

[1] http://www.vatican.va/content/francesco/fr/messages/vocations/documents/papa-francesco_20200308_57-messaggio-giornata-mondiale-vocazioni.html

 

APPROFONDIR SA FOI CHEZ SOI

La Semaine Sainte

Un temps de conversion personnel en confinement – article de Martine Lewis [27 mars 2020]

Téléchargez ici la célébration domestique – Un temps de conversion
Vous pouvez également téléchargez la courte prière pour le carême de l’Année liturgique A  ici

Célébrations domestiques pour la Semaine Sainte – article de Martine Lewis [27 mars 2020]

Télécharger ici les différentes célébrations domestiques mises à dispositions par le Vicariat ‘Annoncer l’Evangile’ :

Jeudi Saint pour les adultes seuls – Jeudi Saint pour adultes et familles
Vendredi Saint pour les adultes seuls – Vendredi Saint pour adultes et familles
Pâques pour les adultes seuls – Pâques pour adultes et familles

De même pour chaque Jour Saint , nous vous proposons un office des Laudes (prière du matin). Il s’agit de la Liturgie des Heures de l’Eglise mais dans une version simplifiée pour la rendre accessible à tous. Télécharger ici les différents offices

Prière des Laudes pour le Jeudi Saint
Prière des Laudes pour le Vendredi Saint
Prière des Laudes pour le Samedi Saint
Prière des Laudes pour le dimanche de Pâques

Vivre le caté à la maison – article de l’abbé Armand Franssen [27 mars 2020]

Télécharger le document: Vivre le caté à la maison – Pâques (6-9 ans)
Télécharger le document: Vivre le caté à la maison – Pâques (10-12 ans)

Ta Parole, une lumière dans ma vie !

Approfondir sa foi chez soi… pourquoi pas ?

C’est possible et facile, grâce aux cours à distance de la formation Permanente des Chrétiens (FPC) !

Depuis 1964, les Sœurs Salésiennes de Don Bosco  organisent des cours par correspondance pour l’approfondissement de la foi.

Des personnes de tous les âges, de toutes les professions et de toutes les positions sociales disent leur satisfaction et leur joie car, grâce à ces cours, des mères de famille, des employés, des instituteurs, des ouvriers et bien d’autres, jeunes ou moins jeunes, pensionnés, se sont mis à l’écoute de Dieu, Bible en mains. Les uns ont remis à jour « les notions d’un vieux catéchisme oublié », d’autres ont redécouvert la foi et fait une véritable expérience de Dieu. Tous sont entrés plus profondément dans la prière et ont cheminé spirituellement. Beaucoup ont été aidés à un moment clé de leur vie, alors qu’ils traversaient une période douloureuse. Ils ont retrouvé la paix et l’abandon confiant entre les mains du Seigneur. Certains ont découvert un appel particulier, comme celui de devenir diacre permanent ou catéchiste.

Ces cours n’exigent aucune formation préalable particulière ; ils sont à la portée de tous.

Organisation concrète des cours

Toutes les semaines ou chaque quinzaine (à partir de février), selon les années de cours, les correspondants reçoivent une leçon comprenant plusieurs feuilles d’enseignement, des documents de lecture et la proposition d’un travail à rédiger, à renvoyer au centre ; ce travail corrigé, revu, apprécié de façon personnalisée par des personnes compétentes, est réexpédié avec une des leçons suivantes. Ces rendez-vous hebdomadaires deviennent rapidement des évènements attendus, car ils sont l’occasion d’échanges et de partages, d’interrogations sans complexes et de découvertes.

Quels thèmes ? 

  1. Notre foi chrétienne
  2. Le Mystère de l’Église, les Sacrements
  3. Notre agir chrétien
  4. L’Evangile de Marc – lecture commentée
  5. Prier avec les Psaumes
  6. La vie liturgique
  7. Vivre avec le Christ – Initiation à la lecture de Paul
  8. L’Œcuménisme
  9. Evangile de Luc – lecture commentée
  10. Actes des Apôtres- lecture commentée
  11. Esprit et Agir salésiens
  12. Evangile de St Matthieu lecture commentée

Rythme des cours : les leçons sont envoyées de février à novembre, avec interruption durant les vacances et congés scolaires. Les cours se composent de 17 à 25 leçons selon les thèmes.

Renseignements :

Formation Permanente des chrétiens – Salésiennes de don Bosco – Rue V. Lowet, 12 – 1083 Bruxelles
Tél. : 02/468.05.46 – fpc.fma@hotmail.com

Prix d’un cours : 52€ pour la Belgique et Luxembourg. 57€ pour la France et autres pays étrangers